Nos chroniques de l'édition du 7 avril 2018

Nos chroniques - CHRONIQUES

Nos chroniques de l'édition du 7 avril 2018

La gazette de Théophraste

par Elie Geffray

Le prix Théophraste Renaudot, de l'Hebdo, est attribué

Mesdames et Messieurs les lectrices et les lecteurs de l'Hebdo, que vous soyez du Mené, du Porhoët, du Garun,  du pays de Du Guesclin, du pays de Loudéac, du Penthièvre, de Brocéliande, ou d'autres contrées de la France profonde et néanmoins cultivée, je suis en mesure de vous dévoiler le prix Théophraste Renaudot de l'Hebdo qui, pour sa première édition, a été attribué, par acclamation à :
Monsieur Michel HARY,
pour son œuvre intitulée : «  Laur'art, un grand chemin », parue chez Le Maire, en mars 2018.
C'était le premier soir du printemps, le 20 mars, que ce livre de  plus de 270 pages fut présenté à un public conquis, dans les salons de la salle des fêtes de Laurenan. Pendant une bonne heure, le lauréat a passé en revue l'activité de Laur'art, qu'il avait créée, avec quelques complices du terroir, en juin 1995. Dans un langage précis et quasi-académique, dans la posture de l'honnête homme de l'Age Classique dont il ne se départit jamais, Michel Hary évoque  les événements culturels vécus ici pendant plus de vingt ans. Ils sont nombreux et variés.
Pour la circonstance, je vous propose un jeu instructif. Voici une liste, non-exhaustive, de quelques personnalités qui sont venues prendre la parole, ici à Laurenan, pendant cette période, à l'invitation de Laur'art. Prenez un crayon et soulignez celles que vous connaissez :  Pauline Prétet – Pierre Vidal-Naquet – Alain Lieury – Didier Pillet – Albert Jacquart - Léon Schwartzenberg – Dominique Belpomme – Bertrand Tavernier – Marylise Lebranchu – Edouard Zafirian – Bernard Besret -  Jacques Testard – Jacques Gaillot – Denis Seznec –  Patrick Lemoine – Jean-Louis Tourenne – Edmond Hervé – Dominique Wiel – Luc Frémiot – Quentin Debray – Marie de Hennezel – Marie-Germaine Bousser – Stanislas Tomkiewicz  – Yvonne Castellan.
Comptez bien : il y a 24 noms. Et maintenant, un petit moment d'honnête té et de sincérité. Pas de tricherie surtout. Combien de noms avez-vous soulignés ? Si vous en avez 12, vous avez la moyenne. C'est bien. Mais vous pouvez encore progresser. Et si vous voulez approfondir et faire connaissance avec tous ces auteurs, alors lisez attentivement l'ouvrage dont on vous a parlé ce soir-là : «  Laur'art, un grand chemin. » Pour 16 euros vous allez considérablement augmenter votre niveau. Et vous pourrez dire, fièrement : «  J'ai lu le Renaudot de l'Hebdo 2018. »
En marge de cette manifestation littéraire, subsiste une énigme quelque peu étrange.   Lorsque le grand historien Pierre Vidal-Naquet vint à Laur'art, accompagné de son épouse, il fit un peu de tourisme jusque sur la côte de Granit Rose. Il s'aperçut ensuite qu'il avait oublié le parapluie de Madame, dans la voiture de Michel Hary. Et il le réclama avec insistance et à plusieurs reprises. Pourquoi un tel attachement ? Qu'avait de particulier ce parapluie ?Le livre de M. Hary ne le dit pas. Normal : cet ouvrage est tout de même bien autre chose qu'un « polar. »

Théophraste qui a lu le Renaudot de l'Hebdo.

 

Stade Rennais : Ao pus fort la pouche

par Michaël Genevée

Caozer de teuqe ao pië ! - Boutéy yûne.

V’étes perië samadi ao sair a vnir manjer cez vos vaizins e vous savéz ben q’ i sont diots du Stade renaiz. D’ela forcenément v’aléz caozer du SRFC meins ‘la fai-la ‘ela ne sera ren q’en galo. A sour fein qe de vous aïder, vaici qheuqes manières de dire e un petit moutier de galo rapor ao foot.
Permiër, de qheule jourie i va yétr mantion, la daraine contr Monaco ou ben la siene a vni contr Nice. Vos vaizins, sont ventiés des houamous, o lou banière, lous hardes rouje e naire, q’i huchent cant qe le maitr-departou subelle contr Rene. Et de même pour tous les parlevous bertons q’i sont den les haots-chafaods. Meins cant q’il ét qhéssion d’ene condanézon pour le SRFC rapor a ene faote ou ben un rouje de carton pour un jouou nemi rapor a un bourdaije e q’il ét dehorë, le monde sont ben benézes et huchent tant qe tant den l’estade !  
Souvent de fais il ét etou conte des jouous : du gardou, des defensous, des mitans de cllôz ou ben core des ataqants; et de savair après si qe le jouou ét su drete ou su gaoche. N’i a etou les jouous qi ne sont point titrës, les empllaçants e ben sur du menou e de sa menerie tecniqe.
V’aléz pouair caozer des soqées libr de Bourigeaud, des buts de Khazri, des riscantes menées par Sarr, des arivas de Sakho e des hapes du gardou Koubek. Et râle tout coume de caozer des gaoforières, des 6 métrs ou ben core des peûts pâssë yeùs q’i sont des peûts gangnants ! 
Venla pour la première boutéy pour caozer de teuqe ao pië en galo. A l’ene qe de caozer de même et de vos cheinchons , le SRFC ben sûr, v’aléz passë especialist e par le fét, ét vous q’aléz avair la pouche den le bout.
Aléz Rene !

----

Parler de foot ! - Première partie

Vous êtes invités samedi soir pour manger chez vos voisins et vous savez qu’ils sont très attachés au Stade rennais. C’est pourquoi vous allez parler du SRFC mais cette fois-ci ce sera uniquement en gallo. Pour vous aider, voici quelques expressions et vocabulaire en rapport avec le foot.
Tout d’abord, de quel match allez vous parler, le dernier contre Monaco ou bien celui à venir contre Nice. Vos voisins, sont peut être des supporters, avec leur drapeau, leurs habits rouge et noir, qui s'expriment hauts et forts quand l’arbitre central siffle contre Rennes, c’est à ce moment également vrai pour tous les supporters bretons placés dans les tribunes. Mais quand il s’agit d’un penalty sifflé pour Rennes pour une faute ou un carton rouge à l’attention d’un joueur adverse à cause d’une charge illégale et qu’il est expulsé, ça crie de satisfaction dans tout le stade !
Souvent, il est aussi question des joueurs : du gardien, des défenseurs, des milieux de terrain ou bien des attaquants; il s’agit également de savoir si le joueur est plutôt à droite ou à gauche. Il y a également les joueurs qui ne sont pas sur le terrain, les remplaçants, et bien évidemment l'entraîneur et son staff technique.
Vous pourrez évoquer les coups francs de Bourigeaud, les buts de Khazri, les actions de Sarr, les occasions de Sakho et les arrêts de Koubek. Par contre, il est rare de parler des fausses touches, des 6 mètres ou bien des poteaux sauf si ces derniers sont des poteaux rentrants !
Voilà pour cette première partie qui vous permettra de parler de foot en gallo. Sachez qu’à force de parler dans cette langue de vos favoris, le SRFC bien sûr, vous allez devenir un spécialiste et c’est ainsi que vous remporterez au final la victoire.
Allez Rennes !

 

Humeur vagabonde

par Bernard Le Guével

Caviar d'aubergines, prunes acides et amendes amères

Tout fout l'camp ! Oui, vraiment, rien n'est plus comme dans l'temps ! Comme dit la chanson : c'était mieux avant ! Tous les jours, on entend dire que les fruits et légumes, sont la plupart du temps insipides, bourrés de pesticides, quasiment dangereux pour la santé. Et pourtant, on n'arrête pas de nous dire qu'il faut en consommer cinq par jour ! Et bien pour ma part, je suis parfaitement d'accord avec ceux qui pensent que la qualité du fruit et du légume chute.
Je vais prendre l'exemple des aubergines. Vous savez, ces belles plantes qui nous mettaient voilà peu encore un joli papier sur le pare-brise de notre voiture en cas de stationnement gênant ou interdit (en ville). Eh bien la couleur des aubergines change. Alors, attention, je ne suis pas favorable non plus à l'uniformité totale des goûts et des couleurs. Ainsi, dans le potager, les aubergines peuvent être violettes, bleues, rose, noires, rayées.
Les belles aubergines qui collaient des papiers sur les pare-brise (elles avaient pris la place des pervenches) ne vont bientôt plus être qu'un souvenir qui va sans nul doute s'enjoliver dans l'inconscient collectif. Les nouvelles auxiliaires de police auront un uniforme kaki. Pas du tout une couleur d'aubergine ça ! Et puis kaki, ça fait vert-de-gris, couleur caca d'oie ! Pas très attractif. Mais peut-être que le but n'est pas non plus d'attirer !
Notez au passage que kaki, c'est le nom d'un fruit qui n'a pas dû à la couleur kaki mais qui est orange. N'importe quoi ! C'est un peu comme si les oranges étaient couleur banane ou le caca d'oie couleur crotte de bique !
Et tout ça n'est que le début ! Dans la déchéance des fruits, on continue. Les pervenches et les aubergines collaient des amendes qui sont bizarrement devenues plus tard des prunes. Tout ça était encore à peu près digeste vu que c'était du comestible. Bien sûr, quand on trouvait une amende sur sa voiture, on l'avait amère et l'amende amère, ce n'est pas terrible. Mais ça finissait par passer malgré tout.
Figurez-vous que si les aubergines ont déclaré forfait pour être remplacées par les auxiliaires de police, les prunes et autres amendes aussi. Pour être remplacées par des FPS ce qui signifie Forfait Post Stationnement. Et ça, ce n'est pas un fruit sinon ça se saurait. Et la façon de consommer ce FPS ne ressemble pas du tout à la manière d'accommoder des prunes ou des amendes. Le FPS se consomme flambé car il semble bien que dans certaines villes, le montant des FPS flambe pour de bon. Et puis, la poésie du petit papier sous l'essuie-glace va en prendre un coup dans l'aile (de la voiture). La contractuelle nouvelle version est équipée d'un PDA, sortie d'agenda numérique qui enregistre les coordonnées des véhicules contrevenant aux règles de stationnement. Et il vaudra mieux payer le FPS du PDA dans les plus brefs délais, de préférence avec votre téléphone portable sinon le prix au kilo des nouvelles variétés de prunes grimpera aux rideaux. Mais rassurez-vous, vous pourrez faire usage du RAPO (recours administratif préalable obligatoire), demande impérative pour obtenir tout examen du dossier en vue d'une amnistie. La plupart du temps, malgré le RAPO, vous vous prendrez un râteau et devrez passer à la caisse quand même !
Tout fout l'camp on vous dit !

 

« LES CAOSERIES A MATAO »

par André Le Coq

Attentats

Clés pour la lecture : ao = «aw» ( caozer ); ë = «eu» (rouchë); eû = «ew « (veû); ée = «eille», «euille « (veprée); ei : è, éi; ae = « é,ë,è,a « (chantaet) ; pll =» pl» ou «pi» (pllace); bll = « bl «ou «bi» (bllé);cll = “cl” ou “qi” (cllos).Gh = «dj « (gheter). Qh = «tch» (qhi).

- Aprés  qhoqes mouéz san atentats , Matao,  l'aotr semaine dan l'Aode, un islamist fit 4 môrts e emméle y eût un jendarme.
- Vè. Més y a z'eû un aotr attentat qi tuit Mireille Knoll , une anciene deportée de 85 ans d'âje.
- Pourqhi qe tu caozes d'atentat ?
- Un atentat c'ét une ataqe su qhocun pour des rézons politiqes. Mme Knoll a të tuée a caoze q'o taet juive e l'assassin avaet en téte qe , deça, ol avaet du cai.
- Il araet deû savair q' o restaet dan une HLM pesq'i la cneussaet .
- Vè. Y a don une rézon politiqe...Enfin un sembllant de rézon qi vient d'une maniere de vair qhete  ben qhete, cratounée méme : tous les juifs seraen riches.
-  C'ét aossi  diot qe de dire qe les Arabes ont de cai pasqe les Emirs ont du petrole.
-  Yan. D'aprés son coterie, l'assassin araet segnë la veille fame en huchant  «Allah akbar».
- Core yun come dizaet Voltaire  qui « tue par amour de Dieu » ou Allah ou un aotr...
- Faot y étr  hinjou pour saoter  de méme a la fighure de sa vaizine.
- N'ét pas q' une qhession de persoune, metanben. Faot ben interluzer etou qe  les ouéziaos-la  sont  apotichonës és diries des islamists egâillées su la taile. I font  mention du monde q'i ne veulent pus vair su terre: les juifs, les crézës e les muzulmans qi ne sont pas de lou bord. Pour ela ,i sonjent  en permier, i faot deconsoler les populations , pés demener la saovajerie  e, en daren,  mettr la louè islamiqe en pllace des louès de la republiqe.
- Vla de cai nouri des gherres.

------

- Après quelques mois sans attentats, l'autre semaine dans l'Aude, un islamiste a tué 4 personnes dont un gendarme.
- Mais il y en a eu un autre qui a tué Mireille Knoll, une ancienne déportée de 85 ans.
- C'est un attentat ?
- Un attentat c'est une attaque pour des raisons politiques. Mme Knoll a été tuée parce qu'elle était juive et que l'assassin avait en tête que, du même coup,elle était riche.
- Il aurait dû savoir qu'elle habitait en HLM  puisqu'il la connaissait.
- Oui. Il y a donc une raison politique...Enfin , une apparence de raison qui vient d'un préjugé recuit : tous les juifs auraient de l'argent.
- C'est aussi bête que de dire que tous les Arabes sont riches parce que les Émirs ont du pétrole.
- D'après son complice, l'assassin aurait tué la vieille femme en criant « Allah akbar ».
- Encore un comme disait Voltaire au 18è siècle qui « tue par amour de Dieu » ou Allah ou un autre...
- Quelle haine pour tuer ainsi sa voisine pour ainsi dire.
- Ce n'est pas simplement une question de personne. Il faut comprendre que ces d'individus sont nourris à la propagande islamiste sur internet. Ils ne font pas mystère  qu'ils ne veulent plus voir ni les juifs, ni les croisés ni les musulmans qui ne pensent pas comme eux. Pour cela ils pensent qu'il faut d'abord démoraliser les populations, administrer la sauvagerie et enfin remplacer les lois par la loi islamique.
- Voilà de quoi nourrir des guerres.