Les faits divers de l'édition du 21 octobre 2017

Faits-divers

Les faits divers de l'édition du 21 octobre 2017

Quatre ans de prison pour violences et séquestration  : Le résident de Plessala fait appel

Début juillet 2017, un homme de 35 ans a été interpellé à son domicile de Plessala pour de graves faits de violences. Une femme l'accuse de l'avoir rouée de coups, séquestrée dans sa voiture et agressée sexuellement à la suite d'une soirée très alcoolisée. Originaire de Carcassonne, avec un important passé délinquant, l'homme est venu « prendre un nouveau départ » en Bretagne avec sa compagne. Jugé en comparution immédiate à Rennes le 12 juillet 2017, il est condamné à quatre ans de prison ferme et a fait appel de cette peine.

A la barre de la cour d'appel de Rennes, le jeune homme de 35 ans, fait profil bas. Il s'excuse, pleure et dit « regretter amèrement » ce qu'il a fait. Au début du mois de juillet, il a consommé beaucoup d'alcool et de la drogue et embarque dans sa voiture une femme qu'il a rencontré dans une soirée « pour aller chercher plus d'alcool ». Mais le trajet tourne au cauchemar pour la passagère originaire de Merdrignac. Après s'être arrêté dans une station service qui ne vendait pas d'alcool, l'homme reprend la route puis s'arrête et fait sortir la passagère. Il va la frapper violemment à coups de pied et à coups de poing. « Elle se fera même passer pour morte pour que les coups cessent », précise l'avocat général, lors du procès en appel à Rennes.

J’ai tout gâché

« Je ne sais pas ce qui m'a pris, reprend le prévenu. J'ai tout gâché. J'ai abandonné ma compagne. Je vais très mal, j'ai envie de cramer ma cellule ». Suivi en prison par un psychiatre et un addictologue, l'homme a déjà fait un séjour en hôpital psychiatrique depuis son incarcération à la suite de son procès en comparution immédiate le 12 juillet dernier. Une fois « libérée » par son agresseur, la femme a marché pendant deux kilomètres en pleine nuit et a été retrouvée couverte de boue et de sang par des automobilistes qui l'ont amené à l'hôpital.

Perception faussée

Elle-même était fortement alcoolisée ce soir là, puisque les policiers relèveront un taux de 3,05 g d'alcool dans le sang, plusieurs heures après les faits. « Sa perception a été faussée par l'alcool, plaide Me Solenn Lemoine, l'avocate du prévenu. Elle a des bribes de souvenirs qu'elle a tenté de reconstruire mais ça ne colle pas avec les éléments du dossier ». La femme avait indiqué qu'elle aurait subi une tentative de viol mais les constatations médicales n'ont pas permis de le prouver. Le tribunal correctionnel avait d'ailleurs relaxé l'agresseur présumé sur ce point.

Doute

« C'est la même chose pour la séquestration, poursuit l'avocate. On sait qu'elle est sortie de la voiture à plusieurs reprises, notamment dans la station service. Là-aussi le doute devrait profiter à mon client ». Concernant les blessures de la victime, l'avocate doute qu'elles aient toutes été infligées par le prévenu. « Cette femme s'alcoolise régulièrement, remarque-t-elle. Elle tombe souvent et se blesse toute seule ».

Récidiviste

Mais pour l'avocat général, ces considérations ne font pas le poids au vu des blessures subies par la victime. Avec 15 mentions à son casier judiciaire, l'homme est en état de récidive pour les violences. En première instance, trois ans de prison avaient été requis par le procureur mais le prévenu a finalement été condamné à quatre ans. Il avait déjà été condamné à trois ans de prison en 2011 pour des violences en réunion à Carcassonne. L'avocat demande la confirmation du premier jugement.

De la clémence

Le prévenu réclame plus de clémence. Il s'était installé en Bretagne deux mois auparavant avec sa compagne pour fuir ses mauvaises fréquentations et démarrer une nouvelle vie. Il venait d'être embauché en CDI dans une entreprise de nettoyage. La cour d'appel rendra sa décision le 8 novembre prochain.

 

Lamballe et Loudéac  : Vols de matériaux électro portatifs

Dans la nuit de lundi à mardi, le magasin Point P situé sur la zone de Lanjouan à Lamballe a été la cible de visiteurs indésirables. Les voleurs ont pénétré dans les locaux après avoir découpé le grillage et fracturé une porte située à l’arrière du magasin ; Du matériel électro portatif ainsi que des téléphones portables ont été dérobés. Au cours de la même nuit, selon un scénario quasi identique, un autre vol a eu lieu dans la zone des Parpareux à Loudéac, chez Big Mat. Là encore, du matériel  du même type a été volé. Les gendarmes de Lamballe et Loudéac aidés de la brigade de recherches mènent activement l’enquête.

 

Landujan  : La conductrice et ses enfants hospitalisés

Vendredi dernier, un peu avant 18h, deux véhicules qui se croisaient se sont heurtés sur l’axe Landujan St Pern. Dans l’une des voitures, la conductrice et ses deux jeunes enfants domiciliés à St Pern ont été secourus par les pompiers de Montauban, Médréac et Irodouër. Ils ont été transportés à l’hôpital. L’autre véhicule a poursuivi sa route sans s’arrêter.

 

St Méen Le Grand  : Un camion percute une voiture

Jeudi dernier, vers 7h30, au carrefour de la Route de Plumaugat en St Méen, un camion n’a pas vu le stop et est entré en collision avec une voiture qui arrivait de Plumaugat. Le véhicule a été projeté contre la clôture d’une habitation riveraine. Son conducteur, un mevennais de 45 ans, a été transporté au CHU de Rennes.

 

Gaël  : La voiture percute une clôture de maison

Ce mardi, vers 14h, sur la commune de Gaël, une jeune femme de 29 ans, qui circulait en voiture avec trois de ses enfants à bord, a semble t-il été victime d’un malaise. Le véhicule a alors terminé sa course contre la clôture d’un particulier. Légèrement blessée, la conductrice et son bébé de 10 mois ont été transportés au centre hospitalier de Ploërmel.

 

St Gouéno  : Un accident aux Quatre routes

Ce mercredi matin, au lieu-dit les Quatre routes en St Gouéno, une voiture qui arrivait de St Jacut s’est engagée sur la D 792, au moment où arrivait un camion qui circulait dans le sens Collinée Plémet. Le véhicule conduit par une personne de St Gilles du Mené a percuté la roue arrière du poids lourd au niveau de la barre anti encastrement. Se plaignant de douleurs lombaires, la conductrice a été hospitalisée à Pontivy.