Le film doc fait son cinéma

Loisirs - Merdrignac

Les partenaires lors du lancement du Mois du film documentaire.

Amener la culture à la porte de chacun et « aller vers les gens » y compris les plus éloignés des centres urbains, tel est l’essence du Mois du film documentaire. La 18e édition qui se déroulera du 1er au 30 novembre en France et dans le monde à travers 1 600 projections, fera une nouvelle fois escale dans plus de vingt communes du Centre Bretagne. Cet évènement est supporté en local par l’OCDM, CAS Sud 22 et le cinéma Quai des images de Loudéac, partenaires d’Images en bibliothèques et de Ty’ films, les organisateurs. Zoom sur une riche programmation.

Le bal des projections s’est ouvert avec un peu d’avance à Coëtlogon, en lien avec l’ouragan qui a frappé la Bretagne dans la nuit du 15 au 16 octobre 1987. Le film « Mémoire d’ouragan » de Jean-Luc Chevet s’est poursuivi avec un débat avec le réalisateur.

● Le potager de mon grand-père, de Martin Esposito (76 mn)

Chez son grand-père, Martin est venu se ressourcer, aider et partager des moments de vie. L’aïeul lui transmet son savoir, un peu de ses racines et les secrets de ce potager cultivé par amour pour sa femme disparue. Issu de la génération fast-food, Martin prend conscience de la valeur de ce précieux héritage. Ce documentaire est un hymne à la vie et à cette nature que nous devons protéger.
Projection vendredi 3 novembre à 14h30 à l’EHPAD du Cosquer à Le Quillio et dimanche 19 novembre, à 14h30 à la salle des fêtes de Trémorel avec l’intervention de Grégory Roche du jardin La Pâture es chênes à Hénon. Entrée : 4 €.

● Compléments d’objets, de Philippe Guilloux (64 mn)

A travers le fonctionnement de la ressourcerie Ti Récup de Carhaix et Rostrenen et les témoignages de ceux qui la fréquentent ou y travaillent, les objets ont droit à une seconde vie.

Projection samedi 4 novembre à 20h30 à la salle des fêtes d’Hémonstoir, suivie d’un débat avec le réalisateur et les représentants  de la ressourcerie de Loudéac Asso seconde vie. Entrée : 4 €.

● Deux cancres, de Ludovic Vieuille (60 mn)

Avec Angelo, mon fils, c’est la durée moyenne que prennent les devoirs d’école. Les jours, les mois, les années se suivent, rythmés immanquablement par cette heure passée ensemble. Une heure, une bataille. L’angoisse de l’échec scolaire face à l’enthousiasme d’apprendre.
Projection le dimanche 5 no­vembre, à 14h30, à la salle des fêtes de Saint-Vran, suivie d’un débat avec Thierry Talhouët, psychologue. Entrée : 4 €.

● Au Nicaragua, on m’appelle Chepito, de Jean-Luc Chevet (104 mn)

Roadmovie au Nicaragua. En compagnie de Joseph Chevalier, alias Chepito, ancien agriculteur et membre fondateur de l’association ES 44 qui vient  en aide aux petits paysans Nicaraguayens, le réalisateur offre un carnet de voyage. Jean Luc a offert un semoir à bras, il part à sa recherche là-bas. A travers l’histoire de ce pays, il dresse le portrait d’hommes et de femmes engagés et solidaires pour le combat de la terre et de la vie...
Projections le lundi 6 novembre, à 14h30 et 20h, au cinéma Quai des Images à Loudéac, et le dimanche 26 novembre, à 15h, au cinéma Le Cithéa à Plouguenast, suivies d’un débat avec Jean-Luc Chevet. Entrée : 4 €.

● Un village de Calabre, de Shu Aiello et Catherine Catella (90 mn)

Riace est un village de Calabre, le premier à avoir accueilli  convenablement des réfugiés, à les héberger comme des êtres humains et non comme les statistiques d’une catastrophe mondiale. Par le passé, le maire avait cédé des logements vides à ceux qui avaient besoin d’un toit. Autrefois terre de guerriers, c’est aujourd’hui un havre  de paix pour les réfugiés au cœur d’une Europe au ségrégationnisme grandissant. Mais l’heure est aux élections et l’opposition veut se défaire du maire de gauche. La population doit défendre les résultats obtenus par la communauté. En observant des gens de milieux différents travailler ensemble à la création de nouvelles approches et valeurs, les réalisateurs donnent une réponse imparable aux politiciens qui prônent la haine, le racisme et la ségrégation. À la manière d’une fable néoréaliste de Vittorio De Sica, le village et ses habitants incarnent l’espoir d’un futur meilleur.
Projections le mercredi 8 no­vembre, à 20h30, au cinéma Le Cithéa à Plouguenast en présence de Catherine Catella et d’une bénévole humanitaire qui œuvre à l’accueil des migrants, et le dimanche 3 décembre, à 14h30, à la salle des fêtes de Laurenan, suivie d’un débat avec Shu Aiello. Entrée : 4 €

● Dans la peau du premier cameraman de guerre, de Nicolas Jallot et Julien Leloup (70 mn)

Première Guerre mondiale. Le 1er juillet 1916 marque le lancement de la bataille de la Somme, la plus meurtrière de toutes, laquelle engendrera plus de 400 000 morts et 600 000 blessés. Cette bataille amorce le véritable tournant de la Première Guerre mondiale, avec, entre autres, l’apparition des premiers tanks. Et c’est aussi le titre d’un film, «LE», premier documentaire de l’Histoire. 70 mn qui révolutionnent le cinéma car pour la première fois, on filme la guerre de l’intérieur, au cœur des combats, avec ses blessés et ses morts.
Projection le jeudi 9 novembre, à 20h, à la mairie de Saint-Launeuc, suivie d’un débat avec Ronan Richar, historien. Entrée : 4 €

● Burning out, Jérôme Le Maire (52 mn)

Pendant 2 ans, le réalisateur belge Jérôme le Maire a suivi les membres de l’unité  chirurgicale dans un grand hôpital parisien. Ce bloc opératoire ultra-performant fonctionne à la chaîne : 14 salles et l’objectif de pratiquer dans chacune quotidiennement huit à dix interventions. L’organisation du travail, bien qu’extrêmement sophistiquée, est devenue pathogène. Stress chronique, burn-out, et risques psychosociaux conduisent l’administration à commander un audit afin de tenter de désamorcer le début d’incendie.
Projections le vendredi 10 no­vem­bre, à 20h30, à la salle polyvalente de Trévé en présence d’une réalisatrice, Lara Laigneau. Entrée : 4 €.

● A haute voix, la force de la parole, Stéphane de Freitas (100 mn)

Le concours Eloquentia  élit chaque année  « le meilleur orateur du 93 ». A l’Université de Saint-Denis, les étudiants de tout cursus, s’y
préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole  en public. Au fil des semaines, ils vont s’affirmer, se révéler aux autres et à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours unique en son genre.
Projection le vendredi 10 novembre, à 20h30, au cinéma Le Studio à Merdrignac, suivie d’un débat avec Clotilde de Brito, poétesse et championne de France de slam. Entrée : 4 €.

● Paul dans sa vie, Rémy Mauger (100 mn)

Paul, vieux garçon, paysan, pêcheur et bedeau, aura bientôt 75 ans.  Dans sa ferme d’un autre âge, il vit avec ses deux sœurs cadettes, célibataires elles aussi. Cette année, ils raccrochent, direction cap de La Hague dans la Manche où l’air est vif, les vents imprévisibles, le granit rugueux, et l’horizon immense. Paul est né ici. Il y mourra. Il s’y prépare. Non sans s’être acquitté de l’essentiel : transmettre son héritage.
Projection le vendredi 10 novem­bre à l’espace Philomène à La Prénessaye, en présence d’un intervenant. Entrée : 4 €.

● Qu’est-ce qu’on attend ?, Marie-Monique Robin (119 mn)

La championne internationale des villes en transition est une petite commune française dixit Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition. A l’Est, une petite ville d’Alsace de 2 200 habitants s’est lancée dans la démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique.
Projection le samedi 11 novem­bre, à 17h, au fest-bar à Saint Connec avec un intervenant, et le dimanche 19 novembre, à 15h, à la salle de réception de la mairie de Plémet Les Moulins, en présence d’Erwan Cadoret, enseignant en cinématographie. Entrée : 4 €.

● Les vies de Thérèse, Sébastien Lifshitz (55 mn)

Du combat pour l’avortement à l’égalité des droits des sexes en passant par les luttes homosexuelles, Thérèse Clerc a été de toutes les batailles. Cette grande figure du féminisme militant apprend qu’elle est atteinte d’une maladie incurable et décide de jeter un dernier regard tendre et lucide sur ce que fut sa vie, ses combats et ses amours.
Projection le samedi 11 novem­bre, à 20h30, à la salle de l’étang de Saint Hervé, suivie d’un débat avec  Dominique Doré de la Maison des Babayagas à Montreuil (93). Entrée : 4 €.

Sénégal, des femmes d’exception, Laurène Renoux (47 mn)

Parce qu’elles sont debout, ensemble, parce qu’elles agissent et sont au cœur des problématiques actuelles d’un pays dont elles sont la force silencieuse
, ces femmes sénégalaises d’exception prennent la parole face caméra.
Projection le dimanche 12 no­vembre à 14h30 au cinéma Quai des images à Loudéac, suivie d’un échan­­ge avec la réalisatrice et les membres de l’association Tcheka­nam et d’un pot convivial. Entrée : 4,50 €.

● Les veilleuses de chagrin, Frédérique Odye (45 mn)

Sur les côtes bretonnes, les femmes attendent que leurs hommes rentrent au port. Ces maris absents, parfois disparus à jamais, sont au cœur de toutes les pensées.  Cinq femmes de marins témoignent. L’attente, la solitude, la crainte de l’accident, et puis la joie des retrouvailles.
Projection le dimanche 12 novem­bre à 15h30 à la salle Jeanne d’Arc, à Mûr de Bretagne Guerlédan, suivie d’un débat avec la réalisatrice, fille de marin pêcheur. Entrée : 4 €.

A suivre...