L’AS 22, Plumaugat athlétisme et l’EAPB : Trois clubs d’athlétisme dans la course

Loisirs

Les leaders des trois clubs, Yves Piederrière (AS 22), Christopher Yris (Plumaugat athlétisme) et Charles Delys (EAPB) se suivaient de très près dimanche.

Comment fait un club sportif pour tirer son épingle du jeu en milieu rural ? Par l’entente entre les athlètes, la cohésion des dirigeants, une forte représentation sur les évènements sportifs et bien entendu les résultats et podiums. Les clubs d’athlétisme de Merdrignac et Plumaugat en Côtes d’Armor et l’Entente Athlétique du Pays de Brocéliande en Ille et Vilaine l’ont bien compris.  Portraits ce ces clubs qui évoluent en Nationale et font parler d’eux à chacune de leur prestation sportive comme au Challenge breton des 10 km où ils raflent les premières places.

Ayant le vent en poupe depuis de nombreuses années, ils surfent sur la vague du succès tout en marchant ensemble main dans la main.

Les trois clubs locaux que sont l’EAPB, Plumaugat Athlétisme et l’AS22, viennent de décrocher les trois premières places du challenge breton des 10 kilomètres. Cinq athlètes se classent également dans les vingt premiers du championnat de Bretagne de cross court, déroulé à Carhaix dimanche dernier.

Pour l’AS22, il s’agit d’Yves Piederriere 8e, et de Benoit Fanouillère 16e ; pour l’EAPB c’est Charles Delys 9e et pour Plumaugat Athlétisme, il s’agit de Christopher Yris 11e et d’Anthony Saudrais 17e. Le classement par équipe donne la 4e place à Plumaugat athlétisme, la 5e place à l’EAPB et la 11e place à l’AS 22 en l’absence de Mathieu Rocaboy, blessé. Ces trois équipes sont donc qualifiées pour la demi-finale de championnat de France qui se déroulera le dimanche 18 février prochain à Cohiniac (22).

 

A Merdrignac, la force de l’AS 22

Créée en 1990, l’AC Merdrignac, est la dernière née des sections de l’Athlé Sud. A défaut de podiums nationaux FFA ou de sélections en équipe de France en cross (plusieurs podiums par contre en athlétisme), de nombreux athlètes se sont déjà illustrés aux échelons départementaux, régionaux et interrégionaux, décrochant des sélections aux championnats de France.

Yves Piederrière et son frère Nicolas ont avec leurs copains de l’AS 22, étoffé leur carte de visite. Nicolas s’est qualifié à plusieurs reprises au championnat national en seniors. L’an dernier, pour sa première saison en masters, il terminait dans les cent premiers.Quant à Yves, il s’est constitué un joli palmarès. Plusieurs fois placé dans les cents premiers au national, il s’est illustré en hors stade : trois fois champion de Bretagne du 10 km, deux fois du semi-marathon, et deux fois vainqueurs du challenge breton des 10 km.

Avant eux, Alain Pelan, aujourd’hui licencié à Plumaugat athlétisme, s’était distingué en seniors hommes, plusieurs fois classé aux départementaux et aux régionaux. Alain Rocaboy s’est régulièrement qualifié pour le national en vétérans se classant plusieurs fois dans les dix premiers au championnat de Bretagne. Il détient toujours le record du club sur marathon en 2h32’ 28, un record établi à Nantes le 8 avril 2001.

Benoit Perrichot, champion de France minimes UGSEL en 1993, décrochait la même saison le titre régional FFA à Plouay, et le titre par équipe avec ses copains Michel Orinel, Nicolas Besnard et Yves Piederrière. Benoit se classait 3e du France espoir estival à Dreux en 1998, 2e espoir l’hiver suivant en salle. Il détient toujours avec 1’50’’15 une de meilleures performances bretonnes. Jean-Michel Quéré, toujours classé, se qualifiait plusieurs fois pour le championnat de France en cadets et juniors. En 1997, encore espoir, il se classe 7e du départemental seniors à Merdrignac en 1997. De retour après une longue parenthèse, il se qualifie au France seniors et vétérans ces dernières saisons. Champion de Bretagne vétéran ces deux dernières années, Jean-Michel s’est classé respectivement deux fois douzième, une fois quatorzième et une fois onzième. Sa régularité est exemplaire.

Chez les filles, les résultats ont été en cross en deçà de ceux des garçons. Restent toutefois en mémoire les belles prestations de Karine Cherel, vice-championne de Bretagne minimes en son temps, qualifiée pour les championnats de France avec l’équipe cadette de l’AS22 dont faisait également partie Rozenn Hamon l’année suivante. En cadettes, Hélène Bourgeon (à Dunkerque en 2001) et Aurélie Salliot (à Challans en 2006) ont eu le bonheur de goûter à la convivialité d’un championnat de France de cross, de même qu’Anne Briend en juniors à Vichy en 2007, Audrey Rissel en cadettes à Aix en 2009 et Virginie Salliot et Chloé Guillotin en junior également à La Roche sur Yon en 2012. Mais c’est surtout Katell Briend qui apparaît comme la cheffe de file du cross féminin local. Régulièrement qualifiée pour le national, elle avait notamment décroché une excellente 22e place chez les juniors à Aix les Bains en 2009. Finaliste cinq années de suite au France en juniors et espoirs sur 1 500 m, elle s’était classée 4e de la finale en 2010 en juniors. En 2017, elle a porté son record sur 1 500 m à 4’27’’ (deuxième performance bretonne sur la distance en 2017) se qualifiant pour la finale élite à Marseille (14e).

La relève s’annonce prometteuse. Depuis deux ans, Marie Rouillé et Tanguy Lemoy participent aux joutes nationales en cross et en demi-fond, Marie sur le 2 000 m steeple (championne de Bretagne cadette) et Tanguy
sur le 1 500 m en junior. Ronan Piederriere a participé l’an dernier au France de cross à Saint Galmier en cadets.

Outre le demi-fond et le cross, l’AS 22 qui accède au National 2, a bien d’autres cordes à son arc, à l’instar du saut en hauteur et en longueur, les épreuves combinées, les courses de haies, mais aussi le saut à la perche, la spécialité devenue le fer de lance du club. Aujourd’hui, les activités se diversifient avec la mise en place de la marche nordique et le développement du secteur hors-stade, sous la direction de Jean Michel Dauvin. Trailers, marathoniens et « cent-bornards » sont de plus en plus nombreux et présents à l’international, à l’instar de ces
dernières années avec des participations aux marathons de Barcelone ou d’Amsterdam.

 

Un joli cadeau pour les 30 ans de l’EAPB

L’Entente Athlétique du Pays de Brocéliande fêtera ses trente ans d’existence le 7 avril 2018.  Le club qui évolue en Nationale 2, vient de battre son record du nombre de licenciés avec 484 adhérents pour la saison 2017-2018. Il s’est illustré à de très nombreuses reprises. « En 2014, nous avons terminé 2e du challenge, ce qui nous a permis de participer à un stage de quinze jours au Kenya grâce au financement récolté. Le club s’est également classé deux fois champion de Bretagne de cross court 2013-2014, deux fois champion de Bretagne de cross long 2014-2015,  quatre titres ont été obtenus au pré France de cross en 2013, 2014, 2015 et 2016 ; et une troisième place au championnat de France de cross court en 2012 » relève Charles Delys, chef de fil du club.

Depuis dix ans, l’EAPB est présent à l’échelle régionale aux avant-postes en cross et le club est présent en N2 aux interclubs depuis 2006. L’Entente organise également des évènements tels la course du muguet, le Trail de Brocéliande et Courir à Saint-Méen. « Pour la petite histoire, nous sommes le seul club au niveau régional (voire national) à ne pas avoir le moindre bout de tartan. Nous nous entraînons sur une piste cendrée et bénéficions de très peu de matériel. Depuis plus de 15 ans, l’EAPB se bat pour obtenir une structure permettant la pratique de l’athlétisme dans de bonnes conditions sur Brocéliande. Malgré de nombreux échecs et revirements de situations liés à des conflits politiques locaux, ce projet va enfin aboutir en 2018 à Montfort sur Meu. Les travaux ont commencé en juin dernier face au Cosec et à la piscine » poursuit l’athlète. Le coût des travaux s’élève à 1,9 M € TTC.

A terme, la nouvelle piste de 400 mètres et huit couloirs, sera équipée d’un matériel pouvant accueillir des compétitions de niveau régional.  Ce « joli cadeau » offert pour les trente ans du club donnera une nouvelle orientation. L’EAPB reverra son organisation et permettra aux jeunes athlètes de Brocéliande de pouvoir pratiquer leur discipline dans de bonnes conditions. « La nouvelle aventure avec cette piste a commencé de la plus belle des manières puisque Valentin Baudrier est devenu champion de France cadets du 800 m en 2017. » L’avenir semble donc tout tracé à l’EAPB.

 

La jeunesse, point fort de Plumaugat athlétisme

Plumaugat athlétisme, en Nationale 3, en est à sa 42e saison sportive. Son effectif de 200 licenciés est constant. Depuis 2006, heure de la cission avec l’UA Rance, l’osmose et l’ambition ont été retrouvées. Le projet de club a attiré les jeunes, le point fort du club, et les seniors sont désormais une équipe phare avec laquelle il faut compter dans les compétitions. La présence des sœurs Lucas qui évoluent pour leur 26e saison, et l’arrivée d’athlètes tels les frères Poulard en 2013, Anthony Saudrais en 2014 et Christopher Yris en 2016 ont aidé à la création d’une nouvelle dynamique. « Depuis, on part chercher tous les podiums en championnat et les efforts portent leurs fruits. En 2015/2016, l’équipe seniors a réalisé l’exploit en se qualifiant au championnat de France sur l’épreuve de cross court. Le nouvel objectif est les championnats de France à Plouay le 11 mars 2018 » souligne Gérard Durot, président depuis 1993.

D’ici là, les seniors seront de toutes les épreuves de cross, athlétisme, et courses hors stade dont le fameux challenge breton des 10 km. Ce challenge dans lequel s’impliquent les trois clubs est le résultat des quatre grandes courses bretonnes annuelles (Corrida de Langueux, Tout Rennes court, Arradon-Vannes, et Taulé-Morlaix). Et devinez qui rafle les premières places ? L’AS 22, Plumaugat athlétisme et l’EAPB !

A Plumaugat, le club bénéficie d’un atout de taille depuis 2013 : une piste d’athlétisme de 250 m. Et les sportifs sont partageurs. Cette piste est très utilisée par les jeunes. Y sont organisés les stages EAPB et des entraînements de l’AS 22. De leur côté, les seniors plumaugatais apprécient aller sur la piste sablée de Montauban de Bretagne.

Vous l’aurez compris, l’union fait la force. Le trio athlétique a toujours su tirer profit de cette situation et c’est certainement ce qui explique qu’il accueille autant de licenciés. Outre le partage des installations sportives, les clubs organisent des déplacements en commun sur les compétitions. « Nous pouvons aller encore plus loin en envisageant des regroupements par spécialités pour des entraînements tous ensemble » pense Gérard Durot. Faisant fi des barrières départementales, ce pôle breton de l’athlétisme a la particularité de faire rayonner la campagne dans les villes, on aurait tort de s’en priver.

Propos recueillis par Delphine Jeannest.