L'Armor à sons 2017: Un festival engagé et décalé

Loisirs - Bobital

Après 2016 à guichets fermés, le festival L’Armor à sons espère faire aussi bien cette année.

Avec une huitième édition 2016 déroulée à guichets fermés et 20 000 festivaliers aux anges, le 9e Armor à sons revient plus fort que jamais les vendredi 30 juin et samedi 1er juillet. Vendredi soir dernier, la programmation était dévoilée. Comme à son habitude, le festival fera le grand écart entre valeurs sûres de la scène musicale et les découvertes.

Les festivaliers ont accès à la billetterie depuis fin février alors que l’affiche n’est officielle que depuis quelques jours. C’est dire l’engouement qui se joue autour de Bobital, village de gaulois irréductibles, prônant haut et fort la culture musicale de qualité en milieu rural.

Après avoir annoncé la venue pour le premier jour de festival de de Soprano (hip-hop français), Jahneration (nouvelle génération reggae) et Emane, la gagnante du tremplin 2017, tous les artistes à se produire sur la scène du Louvre sont donc connus. « Vendredi soir sera en feu et samedi sera électrique et éclectique » promettent les organisateurs de Bowidel dont Faustine Vasse, directrice de production en tête.

Pour compléter la programmation du vendredi soir, de jolis noms procureront bien des sensations au public. On attend déjà avec impatience la pétillante Olivia Ruiz qui opérera son grand retour, Ofenbach figure montante de la scène électro française, ainsi que l’immense Martin Solveig, DJ électro de la French touch depuis les années 90 et toujours très demandé aux quatre coins du monde. A Paris, il a longtemps été aux platines des plus grands clubs comme le Queen, les Bains douches ou le Palace.

Le samedi soir sera consacré aux mélanges des genres dont sont fervents les organisateurs. Le come-back du groupe rock Kasabian sera très attendu. Calypso Rose, récompensée d'une Victoire de la musique dans la catégorie musique du monde et repérée par Manu Chao chantera à 76 ans, son calypso, une musique carnavalesque caribéenne. Brieg Guerveno prouvera  que la scène bretonne est loin de tourner en rond. Fishbach, la découverte des Transmusicales 2016 portera haut la chanson française, tout comme le rap atypique de Lorenzo nommé l’empereur du sale, Petit Biscuit le petit prince de l’électro, Vianney le romantique mais pas mièvre. Le DJ set final réunira The Shoes pour un magistral puzzle électro pop.

Pratique : Tarifs : Billet jour pour le vendredi ou le samedi : 35€. Pass deux jours : 59 €. Billetterie en vente sans frais de location au bar Le Century à Dinan, au bar L’Estaminet et à la boulangerie de Bobital. Egalement sur le réseau national, avec frais de location.

Delphine Jeannest