La petite pervenche (Vinca minor)

LOISIRS

© Pascal Lambot.

Son nom scientifique « vinca » viendrait du latin vincere (victoire) en raison de sa capacité à vaincre le froid hivernal.
La pervenche vient spontanément dans les bois, les haies, les endroits frais et ombragés, où elle montre dès le début du printemps ses jolies fleurs aux cinq pétales blancs ou azurés. Cette plante vivace de la famille des apocynacées se distingue par ses racines nombreuses et rampantes, par ses tiges grêles longues et sarmenteuses, hautes de 30 à 40 cm. La petite pervenche a des feuilles opposées, coriaces, luisantes d’un beau vert foncé aux nervures saillantes.
À l’origine, il existe trois espèces de pervenche dont l’une provient du sud de l’Europe et de la partie septentrionale, une autre est issue de Madagascar, de l’Inde et des îles Caraïbes, et la dernière espèce venant de Turquie. On la surnomme herbe à la capucine, violette des sorciers car en Europe elle servait d’ingrédient dans les filtres d’amour, et elle était aussi utilisée dans les rites vaudous contre les esprits maléfiques. La violette des sorciers se trouve aujourd’hui dans toutes les jardineries et pourra avantageusement servir de couvre-sols dans les endroits de votre jardin où vous oubliez régulièrement de passer la tondeuse.
La plante fraîche est inodore, mais elle acquiert par la dessiccation une odeur aromatique assez agréable et une saveur légèrement astringente. On la récolte au moment de sa floraison pour la sécher à l’ombre. C’est une espèce riche en vitamines A et C.
L’infusion des feuilles est parfois utilisée contre la diarrhée, la dysenterie, les crachements de sang et pour arrêter les écoulements menstruels trop abondants. La même tisane est utilisée en lotion contre les plaies de toutes natures et en gargarisme dans le mal de gorge.
Les feuilles cuites dans l’eau et appliquées en cataplasmes sur les seins dissipent les engorgements laiteux, et soignent les troubles cutanés dont l’acné, par son rôle anti-inflammatoire sur la peau. Les fleurs en infusion dans du lait sont pectorales.
Son effet vasodilatateur dû à la présence de flavonoïdes et d’alcaloïdes indoliques en fait un bon oxygénateur du cerveau grâce à son effet bénéfique sur les vaisseaux capillaires du système nerveux.
Il faut garder à l’esprit que la petite pervenche est une plante très toxique qu’il faut éviter d’utiliser en usage interne sans avis médical car elle sert dans la préparation de produit de chimiothérapie pour le traitement de certains cancers.