Des élus du Mené avec Emmanuel Macron

Agriculture - AGRICULTURE

Une quinzaine d’agriculteurs a rencontré le président de la République, dont des éleveurs du Mené, parmi lesquels Jacky Aignel et Joseph Sauvé, par ailleurs maire et maire délégué de la commune nouvelle le Mené.

Rendez-vous annuel incontournable entre les citadins et les ruraux, la 55ème édition du  salon de l’agriculture 2018 a refermé ses portes dimanche avec un bilan de fréquentation à la hausse. Pas moins de 672 570 visiteurs ont foulé les allées de la plus grande ferme de France. Parmi ceux-ci, nombre de responsables politiques Français et bien sûr, le président de la République, qui a passé une journée entière à la porte de Versailles, n’hésitant pas à aller au contact direct des exposants lors de rendez-vous prévus ou impromptus.

Jacky Aignel a profité de ce moment fort pour remettre à Emmanuel Macron le livre de Paul Houée « Le Mené, un territoire pionnier ». Le maire du Mené a tout particulièrement apprécié le regard franc et pénétrant du président de la République et sa poignée de main ferme et déterminée.

Emmanuel Macron a notamment pu rencontrer une quinzaine d’agriculteurs, parmi lesquels une dizaine de Bretons, dont des éleveurs élus du Mené. Cette entrevue était due à une initiative d’Olivier Allain, vice-président du conseil régional, chargé de l’agriculture. Comme il est toujours plus aisé d’échanger dans le cadre d’une pause méridienne, la rencontre avait lieu lors d’un cocktail déjeunatoire. Cela n’a pas empêché nos agriculteurs du Mené de parler de leur profession, de leurs attentes voire de leurs doléances. « Le contact a été très facile et les propos concrets » souligne Jacky Aignel, éleveur à St Gouéno.  Le maire de la commune nouvelle du Mené, a profité de l’occasion pour remettre à Emmanuel Macron, le livre  de Paul Houée, « Le Mené, un territoire pionnier », lequel retrace le formidable rebond « d’un pays qui ne voulait pas mourir ». Selon Jacky Aignel, le président de la République connait bien les problèmes et les soucis rencontrés dans toutes les filières agricoles et « sait entendre ceux qui ne peuvent plus se défendre avec la volonté de vouloir faire bouger les choses. Il est clair qu’il condamne la politique des prix toujours plus bas et qu’il  fera voter et appliquer la loi sur la fixation du prix à l'agriculteur suite aux Etats Généraux de l'Alimentation, car c'est de l'avenir du monde rural qu'il s'agit. »

FLM